New Super Mario Bros 2

Par défaut

Faire revivre la légende du roi Midas. C’est un peu l’intérêt qu’a trouvé Nintendo pour commercialiser New Super Mario Bros 2 (NSMB2) et j’avais vraiment envie de revenir sur cette campagne.

On ne va pas se mentir, le jeu n’apporte absolument aucune innovation majeure. La Fleur d’Or (le nouveau bonus présenté dans ce nouvel opus) se fanera au moment où le jeu atteindra la fin de son cycle de vie. Dois-je rappeler le but de ce jeu ? Sauver Peach (en 2 mots on a fait le tour…). En fait non, un autre objectif s’est ajouté à ce scénario éprouvé afin d’augmenter la durée de vie du jeu : récolter un million de pièces. Le jeu ne nous dit pas si Mario a enfin eu la bonne idée d’investir toute cette fortune dans un bien immobilier à la hauteur de sa gloire (parce que, bon, être en coloc avec son frangin passer un âge incertain…), un peu comme Wario à ses débuts.

Un but pas banal qui surfe sur une certaine crise économique, un sujet dans l’air du temps. A défaut de ne pas faire de réels profits, on peut toujours dépenser un peu plus pour s’offrir des rêves de richesses virtuelles. Le jeu ne nous dit pas également si Mario est en fait en mission pour renflouer les caisses de la Banque Champignon Internationale.

Venons en maintenant à la com’. Malheureusement, Big N n’a jamais été connu pour être très loquace sur le budget qu’il alloue à la promotion de ses produits. On peut tout de même penser qu’il a quand même déployer les grands moyens pour ce seul jeu. Une sorte de poudre aux yeux pour détourner vulgairement le regard des joueurs du vide abyssal dans le catalogue des jeux commercialisés pour la 3DS.

De mes observations, Big N a essentiellement communiqué à travers huit annonces pour la presse, la création d’un site web dédié au jeu et un spot TV. Je ne vais pas traiter l’ensemble de la campagne en un article (ça risque d’être fortement indigeste), on va y aller crescendo. Petite présentation du ton des annonces et je commence la critique à partir du prochain post.

En clair, les annonces sentent bon la naphtaline dans ses huit pubs. Nintendo a apparemment opté pour une ambiance rétro, marquée par les années 80 et 90 autant dans le ton (aux effets stylistiques lourdingues et faciles), que dans le visuel (on assume le mauvais goût vestimentaire et capillaire jusqu’au bout) ainsi que dans certains stéréotypes véhiculés (devinez qui est le dindon de cet éternel running gag…). Des publicités que l’on retrouvait dans les magazines spécialisés de l’époque, voire même dans le Journal de Mickey. En clair, une campagne à la sauce aigre-douce.

Me zappez pas !

El Wirador

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s